Le forum de FACreeper à propos du serveur et des vidéos à venir
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Votez pour mon serveur sur McServ.org
Le serveur est maintenant en 1.6.2!

Partagez | 
 

 Documentation sur les FAC

Aller en bas 
AuteurMessage
Mrjeje
Dieu
Dieu
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 06/08/2012
Age : 22
Localisation :

MessageSujet: Documentation sur les FAC   Jeu 1 Nov - 13:15

Ici, vos chers admins décrivent leurs personnages. Je commence avec le mien.

Histoire: Je m'apelle Jean, mais je préfère qu'on l'apelle Jeje. Gosse de riches, je vivait à Tréaure, une ville, riche. Ma seule différence avec les autres gosses de riches, c'est que je ressemblais plus à un fermier et que j'avais les yeux vairons. En fait, lorsque ma mère me portait dans son ventre, mon père qui était fermier avait fait un tas d'argent en vendant sa ferme sur laquelle il travaillait depuis qu'il était très jeune puisqu'il avait découvert la présence d'or sur son terrain. J'allais à l'université avec son cousin Simon et apprenait les bases de la science et de la technologie. Ayant un gout trop élevé pour l'aventure, je décida de quitter la ville avec mon cousin qui décida lui de chercher une ville elfe puisqu'il voulait vivre avec eux depuis qu'il pouvait penser. Dès la ville voisine, je trouva un ami, Pandalf qui m'aida à révéler ma vraie nature, un hybride. Après quelques aventures, j'avais ramassé plusieurs amis avec lesquels je vivais mes aventures aussi diverses qu'étranges. Allant du voyage en enfer jusqu'à la transformation en poney, ces aventures ne firent que nous rapprocher. Plus tard, les dieux me remarquèrent et envoyèrent Saint-Hubrus pour me bénir, et ainsi j'aquiérit des pouvoirs presques divins.

Race: Hybride (Êtres ressemblants à des hommes qui peuvent devenir un ange ou un démon. Contrairement à ceux-ci, les hybrides qui peuvent pourtant naitre de parents humains une une période de gestation de 4 à 2 ans)

Religion: Hubrussien (prie St-Hubrus, l'hybride divin)

Armes:

Épée d'hybride sainte: Épée mesurant 2 mètres qui a un côté tranchant et un autre extrêmement dur, utilisé comme massue. Peut peser autant que le monde ou aussi peut que l'air.

Cybergants: gants fabriqués à partir des débrits de bobby, notre cyborg aimé de tous (paix à son âme) qui font en fait partie de moi et qui accentuent mes pouvoirs magiques.

Pouvoirs:

Contrôle l'espace: Je peux créer des régions de vide pour ainsi me propulser à très grande vitesse. Je peux aussi me téléporter (en voyageant plus vite que l'espace) et, seulement au prix d'une grande quantitié d'énergie faire littéralement disparaître un objet. Pouf! Abracadabra!

Je guéris mes blessures dès qu'elles aparaissent (ne peut guérir de trop grandes blessures comme la tête coupée). Je peux entrer en rage (transe qui décuple voir centupler mes capacités) et surtout en rage guerrière qui me rend complètement immortel au prix de ne pas être complêtement conscient de mes actions. Seul un Dieu peut battre un hybride en rage guerrière.

Vie prolongée: Un hybride se voit attribuer une vie longue d'un millénaire, soit un peu plus que les elfes mais puisque je suis divin, le temps n'a plus aucune emprise sur moi.



Image perso: (s'en vien)


Dernière édition par Mrjeje le Lun 5 Nov - 20:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://facreeperforum.jtkc.org
Irohen
Demi-dieu
Demi-dieu
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 21
Localisation : Combattant pour la liberté et la justice

MessageSujet: Fiche personnage de XPhil19   Sam 3 Nov - 12:45

Je m'appelle Philippe, ausssi connu sous le nom de XPhil19 ou d'Irohen. Je suis un membre de FACreeper. Je suis un maniac de lecture (surtout du heroïc fantasy), j'adore le ski alpin, le tennis et le badminton et je gobe du Minecraft! Je suis d'ailleurs présentement en train d'écrire mon propre roman (allez voir s'il sera publié!).

Je naquis dans un beau petit village de paysans. Mes parents, malgrés les phénomhènes plutôt étranges qui m'entouraient parfois, m'élevèrent avec beaucoup d'amour et de compréhension. Car oui, je n'étais pas une enfant comme les autres. De temps à autre, je disparaissais et réaparaissais à un autre endroit instantanément, comme si je m'étais téléporté, d'après mes parents. Ce n'est que plus tard que je découvris que ce n'étais pas le cas. En fait, sans m'en rendre compte, j'avais arrêté le temps en m'était déplacé innocemment avant de remettre le temps en marche, donnant cet impression.
À l'adolescence, je compris que mon destin n'étais pas de cultiver le blé, le lin et le miet. Je devrais faire profiter de mes capacité tous les gens qui m'entouraient. L'occasion se présenta assez vite. Un démon machiavélique s'était donné pour mandat de plonger le monde dans les ténèbres. Je compris bien assez tôt que j'étais le seul à pouvoir l'arrêter. Mais comment terrasser le plus malfaisant démon qui eut jamais existé? Un monstre aussi puissant qu'un dieu?  Je réussis à  acccéder au Royaume des Morts, où je pourrais trouver la source du pouvoir qui me permettrait de détruire le monsre à jamais.  Après plusieurs étapes dangereuses, je vis celle que je voulais rencontrer: la Mort. Je la suppliai de me donner le pouvoir ultime afin de pouvoir tuer le démon. La Mort elle-aussi n'aimait pas le démon. En fait, elle le détestait car sa haine envers l'humanité apportait des centaines de milliers de morts, et cela lui donnait un travail titanesque à accomplir. Elle accepta donc de m'aider. Toutefois, n'obtiendrais pas le pouvoir ultime celui qui le désirait, car elle accepta de me l'offri à condition que je la vainque en duel, ce que je fis. Elle fit ressurgir de moi la puissance qui y été enfermé et m'offit Aeteris, la lame sacrée de l'Éther. Me confondant en reconnaissances, je retournai dans le monde des vivant et, utilisant les pouvoirs de ma nouvelle épée, terraissai le démon.

À partir de ce moment là, on m'appella sous un tout autre nom. J'étais le Chevalier du Temps. Je créai la confrérie des Chevaliers Élementaires, dont je fut le chef.  Bon escrimeur avec des années de pratiques et terreur au tir à l'arc, ma renommée était sans limite. Ma capacité à contrôler le temps n'enlevait rien à ma puissance (soit dit en passant, je ne peux reculer le temps pour sauver une personne destinée à mourir ou pour d'autres choses comme celle-ci).

C'est au bout de longues années de gloire que je décidai de prendre un écuyer. Le jeune homme était talentueux, mais son expertise était compensée par son arrogance. Au fil des années, Morox s'améliorait et j'étais très fier de lui. Il ressemblait de plus en plus à l'homme que j'espérais qu'il deviendrait. Lorsque sa formation s'acheva, nous décidâmes d'en faire le huitième de notre confrérie. On le sacra Chevalier de la Mort.

C'est dans ce climat que commençait l'apogée de notre gloire, à nous les Chevaliers Élémentaires.

Pourtant, toute bonne chose à une fin, à ce que l'on dit. Un jours, une tribu de barbares attaqua le royaume, massacrant les pauvres paysans sans pitié, brûlant leur maisons, volant leurs bien et violant leurs femmes. Nous, les protecteurs du royaume et de la justice, nous battîmes avec la même fougue qui nous caractérisait. Hélas, parmi les morts, Morox découvrit sa jeune sœur de 5 ans, Naomie, sans vie. On lui avait fracassé le crâne avec une masse. Le pauvre homme était bouleversé. Il hurla et tua cinquante-quatre hommes à lui seul. Nous fîmes des barbares survivants nos prisonniers.

Cet épisode sanglant marqua Morox au plus profond de son âme. La nuit, on entendait des hurlements de désespoir provenant de ses appartements. Plus le temps passait, et moins je reconnaissais l'élève que j'avais formé. Je pensais avoir purgé son cœur de son côté obscure. Je me trompais. Il était devenu agressif, colérique et méprisant.

Un jour, alors que j'allais interroger les prisonniers barbares au cachot, j’entendis des hurlements de douleur. Je me hâtai de monter. Ce que je vis me brisa le cœur. Morox était là, et il torturait un des prisonniers. De son poignard, il tranchait les doigts du malheureux aux jointures. Quand il remarqua ma présence, il se tourna et je le vis. Son visage tordu par un rictus. Les dernières flammes de raison avaient disparu de ses yeux. Et il souriait, d' un sourire empreint de folie. Alors qu'il s'apprêtait à recommencer à tourmenter le barbare, j'encochai une flèche qui se figea dans la tempe de celui-ci. Morox me regarda quelques secondes, puis tomba à genou, et il laissa échapper un sanglot.

Au prochain entrainement d'escrime, une chose encore plus horrible se passa. Morox s'était disputé avec Vario, le Chevalier de l'Eau. L'autre le provoqua en duel. Durant ce combat acharné, Morox gagnait toujours plus d'avantage. Et alors, à notre grande stupéfaction, il embrocha Vario, en plein dans le cœur. Celui-ci tomba sur le sol, raide mort. Morox poussa alors un rire fou à vous glacer les os.

Après cet épisode, mes compagnons conclurent qu'il fallait se débarrasser de Morox. Il fut donc condamné à la prison à perpétuité. J'entendais ses hurlements, ses parole haineuses à mon égard, et surtout, celle de ses venger de ceux qui l'avaient condamné.

Une nuit, je me réveillai soudainement, en proie avec des pensées qui me tourmentaient. Je décidai de me rendormir. Soudain, je senti un léger mouvement dans la pièce. Je m'apprétait à crier. Trop tard. La dernière chose que je vis fut le visage haineux de Morox, et la douleur d'une lame de couteau me transperçant la poitrine.

Je me senti aussitôt anormalement léger. Lorsque j’ouvris les yeux, je vis une intense lumière blanche autours de moi. Je vis alors apparaître un ange devant moi. Il m'expliqua avec douceur que j'étais mort. Cependant, il m'informa que ce n'était pas encore pour moi le temps d'accéder au repos éternel. J'avais encore une mission à accomplir sur terre. Je devais continuer à propager la justice autours de moi, et reprendre ma place auprès de la confrérie.

Je me réveillai en sursaut. Je sentis l'odeur de pin. Je me trouvais dans une forêt de conifères. Au loin, je vis la silhouette du château. C'était un miracle! J'étais en vie! Hélas, mon enthousiasme se dégrada lorsque je vis la pâleur de ma peau. Je me rendis aussi vite compte de je pouvais passer à travers les objets rien qu'en le voulant. J'avais encore les- mêmes pouvoirs qu'avant, plus d'autres.

J'étais devenu un spectre.

Pourtant, je pouvais prendre cette condition comme un avantage. Je me rendit au château. Je vis avec horreur que Morox s'étais emparé de ma place par la force. Il imposait désormais sa tyrannie à tout le royaume. Je me rendit en avant de lui. Utilisant mes nouvelles capacités, je le tuai de mes mains.

Je repris la place qui me revenait. Tout redevint comme avant, mais pas pour moi. Quelque chose avait changé en moi.

Nous avons pris conseil du destin. Aucun autre Chevalier ne serait formé. Nous ne voulions pas un autre Morox. Un jour, je décidai de partir. Partir très loin. Je confiai alors la charge de diriger notre confrérie à Yari, le Chevalier du Feu. Il ferait un meilleur chef que n'importe quel autre et je n'avais aucun doute qu'il utiliserait ce pouvoir avec sagesse.
Je parti et ne revis jamais le royaume.

Race: Dragonien (Spectre)

Religion: Je vénère Zoron, le dieu dragon du courage, de la sagesse et de la fidélité.

Arme: Aeteris, mon épée, la lame sacrée de l'éther. Je peux la dématérialiser et la rematérialiser dans ma main.

Pouvoir: En temps que Chevalier du Temps, je peux le contrôler. Cependant, je ne peux pas toujours commettre des choses, dans le passé, qui risquent de trop changer le futur, comme sauver une personne destinée à mourrir. Je peut aussi lire dans les souvenirs des gens. Grâce à ma condition de spectre, je peux passer à travers les objets et léviter.


Dernière édition par Irohen le Mar 19 Nov - 17:47, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
troppo666
Demi-dieu
Demi-dieu
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 29/08/2012
Age : 21
Localisation : Shadowfall, Skullholme, Lore

MessageSujet: fiche personnelle de troppo666   Lun 5 Nov - 17:41

Histoire : Tropo666 de mon nom de naissance, j’ai toujours été passionné d’aventure et de lecture, mais jamais très bavard, je suis né dans une communauté d’hommes-phénix. Tout d’abord, qu’est-ce qu’un homme-phénix. Nous sommes les descendants d’humains qui vénéraient le Phénix lorsqu’il était encore dans notre monde d’origine. Lorsqu’il disparut, nos ancêtres utilisèrent la magie qu’il leur avait enseignée afin de voyager entre les dimensions dans le but de le retrouver. Ils échouèrent, mais la puissance qui leur avait permis d’accomplir leurs voyages était trop grandes pour des humains et transforma leur corps, leur donnant des caractéristique propres à l’oiseau mythiques (yeux en fentes, teintes rouge-orange dans les cheveux, etc.) et la capacité de supporté des chaleurs intenses. Percevant ce changement comme une bénédiction de leur dieu, nos ancêtres construisirent leur nouveau village sur le flanc d’un volcan et érigèrent de nombreux lieux de cultes dans les environs. C’est dans cette communauté que je vis le jour. Nos ancêtres s’étant établis dans le six-cent-soixante-sixième monde qu’ils ont visité, nous avons tous le nombre 666 à la fin de nos noms. Dans notre culture, les enfants sont élevé par leur parents jusqu’à l’âge de cinq ans, le temps d’apprendre à marcher et à parler. Ensuite, ce sont les prêtres qui prennent leur éducations en charge jusqu’à leur majorité mentale et physique (20-25 ans selon la décision du conseil des prêtres). Par la suit ils doivent entrer dans le volcan et y resté jusqu’à ce que le phénix leur montre une parcelle de leur avenir. C’est alors qu’ils doivent interpréter leur vision pour connaitre leur rôle dans la société et enfin devenir adultes. En ce qui me concerne, je n’ai jamais reçu de vision. Un éboulement de rocher se produisit peu après que je sois entré. J’en ai reçu un sur la tête et perdit connaissance. À mon réveil, j’étais dans la hutte des guérisseurs et j’avais un mal de chien, surtout à la tête (allez savoir pourquoi). En me regardant dans le miroir placé sur me table de chevet, je remarquai une immense tache de sang sur mon front. En regardant bien, le sang ressemblait plus à du cristal qu’à une croute sèche. C’est alors que je me rendis compte que TOUS les prêtres du village étaient là. Les vingt-cinq prêtres dans une même hutte où j’étais le seul blessé. Deux questions : Un : COMMENT j’ai fait pour ne pas les remarqués immédiatement? Deux : pourquoi ils étaient tous là? Ils ont ensuite commencé à m’expliquer une vielle légende disant que le phénix choisirait un membre du village pour lui servir de connexion avec les prêtres ou un truc du genre, je ne suivais pas trop. En même temps j’avais un trou dans le crâne remplie par une gemme de feu (ouais apparemment c’est comme ça qu’on reconnait un élu du phénix) et je venais de me réveiller avec une migraine pas possible. Les prêtres me renommèrent afin de souligner mon lien avec le phénix. Ils ont ajouté un «p» à mon nom (quelle originalité).
C’est ainsi que j’ai dû passer ma vie à méditer pour entrer en contact avec le phénix. Il est sympa quand on apprend à le connaître, il m’a appris à contrôler le feu, mais pas à le créer, je sais pas pourquoi. Quoi qu’il en soit, au bout d’un moment (cinq ans si je me souviens bien) je fini par me lasser de cette vie monotone, alors je partis pendant la nuit, emportant avec moi la seule autre personne désirant un peu d’aventure, ma sœur. Utilisant la magie de nos ancêtres, nous voyageâmes de mondes en mondes. Multipliant nos aventures, nous fûmes voleurs, assassins, chasseurs de trésors, gardes et autres. Notre soif d’aventure s’épuisant, nous devinrent boulangers, puis forgerons, banquiers et ménestrels (pendant un court moment, elle sait très bien jouer de la musique, mais pas moi). Un jour, alors que nous ne savions plus quel emploi prendre, un groupe de mercenaires vint dans la ville où nous nous trouvions. Le feu de l’aventure c’était rallumé en moi. Mais ma sœur n’avait que la musique en tête. C’est ainsi que je me joignis à l’équipe FACreeper, et que ma sœur devint musicienne de renom.

Race : Homme-phénix. Béni du Phénix original, je suis plus près de ses enfants de moindres naissances (les phénix « mortels») que de mon peuple de par mes capacités.

Religion : Je vénérais autrefois le Phénix original, mais j’aimerais bien vous voir vénérer un être qui passe un bonne partie de son temps dans votre crâne.

Arme : Longtemps entraîné au maniement du lansquenet, plus vulgairement appelée «épée à deux mains», je me bats avec Fleume, une épée forgée à partir de plumes de phénix réduite en poudre et mélangées à de l’acier. Elle peut enflammer mes ennemis au besoin, ce qui m’épuise si je m’en sers trop.

Pouvoirs :

Voyager à travers des portails de feu. L’énergie nécessaire et le temps de préparation augmentent avec les distances ex : une ou deux secondes et facile pour les courtes distances, plusieurs secondes et assez fatiguant pour les continents, plusieurs minutes et très fatigant pour un monde aléatoire, une heure ou plus et comma temporaire si je veux me rendre dans un monde précis

Télépathie (il faut bien, mon lien avec le Phénix m’as privé de bouche) (note: les pensées se ressemblant peu importe la langue, la téléphatie m'évite d'avoir à utiliser un traducteur)

Renaissance : une capacité me permettant de me consumé pour me soigner et/ou modifier mon apparence (les humains se méfient beaucoup d’un type sans bouche et aux yeux en fentes) au prix d’une TRÈS GRANDE quantité d’énergie (note : il faut que je sois conscient pour «renaître» si je suis décapité ou que mon cœur est transpercé, c’est la fin de la route. Je ne suis pas immortel. De plus, je ne peux modifier que mon apparence, c’est une sorte d’illusion très réaliste ex : je peux me créer une bouche en apparence, mais je continu de parler par télépathie, ne possédant plus de cordes vocales, pas plus que je ne peux changer la position de mes organes internes ou me rajouter des membres supplémentaires)

Contrôler le feu : à partir d’une étincelle je peux créer un incendie, mais la taille du feu et la durée du contrôle m’épuise davantage en augmentant. Je ne peux pas créer le feu, mais depuis une aventure impliquant une perte de mémoire, une flammèche reste en quasi permanence sur mon doigt, cadeau du Phénix capable de faire s’évaporer l’eau et ses dérivés dans un rayon de quelque mètres et de repoussé, temporairement, le mal (pas ceux qui me veulent du mal, s’il sont bien intentionnés, juste le mal).

Immunité au feu : Comme tous les hommes phénix, la chaleur, le feu, la lave et autres ne me font aucun effet, il est donc possible de me voir enrumé par une chaleur caniculaire. (Note : cette résistance au feu s'accompagne d'une dépendance, je dois dormir dans un lit de braise pour ne pas être frigorifié)

Immunité au temps : Comme tous les hommes-phénix, ma vie est plus lente que celle d’un humain. Lente, pas longue (enfin si un peu) notre vie se déroule plus lentement, on reste des enfants plus longtemps, c’est pourquoi notre majorité physique est de vingt à vingt-cinq ans. Cependant, mon lien avec le Phénix me rend immunisé au temps, je ne peux plus vieillir (note : je ne suis PAS immortel, un coup bien placé me tue et la renaissance ne soigne pas la mort. Si je meurs, mon corps se décomposera en deux-trois secondes et la gemme de feu sur mon front libèrera mon esprit sous la forme d’un oisillon phénix. Je rejoindrai alors le monde spirituel, où je passerai le temps d’une vie de phénix «mortel», soit près d’un million d’année, avant de pouvoir accéder au repos éternel).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Documentation sur les FAC   

Revenir en haut Aller en bas
 
Documentation sur les FAC
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Documentation assembleur
» Proxy et Nabaztag v1
» seconde guerre mondial en 1/72
» Livebox 2 ZTE
» Table de Warhammer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Documentation-
Sauter vers: